53 Route du Bourg, 71290 Loisy

Psychologue CLINICIEN

  03 85 40 18 73


06 82 37 04 53


Dept - 71 - 39 - 01

Claude Breuillot

 
 
 
 
 
 
L’article qui suit nous propose d’apporter quelques éléments propres à questionner le rôle des parents dans l’acquisition de l’indépendance à ce moment du passage adolescent. Ce concept rejoint la capacité d’être seul, à un moment charnière où l’excitation interne, produit de la surcharge pulsionnelle, déborde les capacités de transformation de la psyché. L’entourage de l’adolescent peut-il aménager un rapport nouveau à l’adulte en devenir ? Peut-il jouer un rôle et comment, pour réduire les tensions internes de l’adolescent et l’ouvrir à de nouveaux champs d’exploration ? Comment lui permettre une symbolisation de ce temps logique ?
Je filerai la métaphore en m’appuyant sur la langue espagnole.
Los padres se preguntan a veces, menos mal, la utilidad de la mesada.
Quisaz, la lengua espanole nos puede ayudar a pensar ? Tratemos de utilizar cada casodel significantes : mesada, el diero de bolsillo y la paga…
 
Les parents se posent parfois la question de l’utilité voire des enjeux symboliques liés à l’argent de poche.

A quoi pourrait servir l’argent de poche ? Pourquoi de nombreux parents rechignent-ils à élaborer quelques réflexions à ce sujet ? Dans ma clinique, ces questions viennent très rapidement dans les séances. Elles mettent en lumière les résistances de l’un ou l’autre des parents, et même les conflits inconscients au sein du couple. Manon, une adolescente de 15 ans, aux prises à un conflit œdipien intense, entravant tout particulièrement ses capacités d’apprentissage alors qu’elle avait une intelligence très vive, m’apprit que sa mère lui donnait, en cachette de son père, de l’argent, très régulièrement, car son père souhaitait qu’elle vienne lui demander à lui. Cette demande paternelle était vécue comme une violence insoutenable par ma patiente. Nécessairement, vous l’aurez prévu, elle s’y refusa et créa par le fait, une grande agressivité chez son père, dont elle se sentait coupable.
 
 
Pourquoi donner de l’argent de poche ?
La langue espagnole nous propose quelques chaînes signifiantes. En espagnol, l’argent de poche se dit : mesada ou dinero de bolsillo ou paga.
-La Paga : Le salaire, la paie :
De quoi l’adolescent devrait-il se faire payer ? De quoi les parents devraient-ils s’acquitter ? S’il y a bien quelque chose dont l’adolescent se paie, ce serait la tête de ses parents. Le père de Manon m’expliquait que sa fille se payait sa tête. Il pensait que Manon était irrespectueuse, et se moquait de lui.
Certains parents donnent de l’argent de poche au moment d’une bonne note. J’ai même reçu des enfants qui avaient de l’argent uniquement au-dessus de 15/20. D’autres qui devaient rendre de l’argent s’ils obtenaient des notes en-dessous de 14/20. Il s’agit de payer alors la capacité de l’enfant à répondre aux attentes inconscientes des parents. Ce qui serait l’inverse du but recherché : une possibilité, pour l’enfant, d’apprendre l’autonomie. Il me faudrait un article entier pour analyser ces phénomènes qui tiennent de la perversion.

Ce paiement de l’argent de poche pourrait-il être pensé comme acte symbolique chez le parent, venant mettre un écart, du jeu, entre eux et l’espace potentiel d’expérience de leur enfant ? Cela n’implique-t-il pas qu’ils acceptent d’être entamés dans leur savoir sur l’enfant ? Que fera-t-il de son argent ? Peu importe. Ce qu’il désire, car, justement, l’en-jeu est celui d’un désir en dehors de l’omnipotence parentale. Si la somme est ajustée à l’âge de l’enfant, il n’y a aucun souci à se faire. Par contre, certains parents remplacent l’attention subjective portée à leur enfant et leur amour par une somme d’argent complètement décalée, en rapport, par exemple, à leur sentiment de culpabilité d’être très absents. L’argent ne viendra jamais combler ce manque.
 
El dinero de bolsillo :
J’ai remarqué dans ma pratique que les enfants accompagnés par l’Aide Sociale à l’Enfance perçoivent du service de l’argent de poche, quand ils sont en famille d’accueil. Cette locution espagnole se rapproche peut-être le plus du sens français. Signalons que si l’argent est dans la poche de l’adolescent, il est donc évident que les parents n’ont pas à aller voir ce qu’il en retourne. Les parents doivent eux-mêmes avoir passé l’épreuve de la castration et accepter que leur progéniture fasse « des choses » dans leur dos. On entend ici les occurrences sexuelles.

J’ajouterai que l’adolescent entend et se nourrit de la confiance de ses parents. En 2012, 75 % des ados en ont reçu régulièrement ou une fois de temps en temps. (Source : étude TNS Sofres novembre 2012/ING, Direct Observatoire argent et enfants.) Dans certains pays, les demandeurs d’asile de plus de 14 ans ont droit à un peu d’argent de poche dès la fin du troisième mois de séjour. Mais si l’adolescent en redemande alors qu’il a utilisé l’argent pour la semaine ou pour le mois ? Question importante. Quelle limite apportée par les parents viendra confronter l’adolescent à sa frustration ? L’argent de poche ferait-elle donc partite intégrante des castrations symboligènes ?

La mesada : le comptoir, le plan de travail ou la mensualité. A quel rythme donner cet argent ?
 
Doit-on donner de l’argent à l’adolescent quand il range sa chambre ou quand il réalise un travail pour la collectivité ?

Donner de l’argent de poche comme rite de passage ? A partir de quel âge ?
Ce signifiant apporte une notion de temporalité. La mise en place de l’argent de poche doit être élaborée, partagée et expliquée à l’adolescent. C’est un moment d’échange. La somme doit tenir compte de l’âge. Deux adolescents de la même famille de 12 et 15 ans ne reçoivent pas le même argent de poche. Une occasion de parler de la différenciation et de donner envie de grandir.

Ce contrat établit, il doit reposer sur une régularité qui permettra à l’adolescent de gérer cette somme à sa convenance tout en construisant une capacité d’attente pour réaliser ses projets, en fonction de la régularité choisie. Quand un adulte est payé en fin de mois, il ne comprendrait pas pourquoi il faudrait attendre le 10 du mois suivant.
 
Voici quelques pistes pour penser en famille…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© 2018  Claude Breuillot - Psychologue - Psychiatre - 53 Route du Bourg, 71290 Loisy  - Tournus - Louhans - 71  -   06 82 37 04 53
Mentions légales